POISONS (2011)


Le metteur en scène David Girondin Moab, accompagné par la comédienne Édith Scob et la harpiste Hélène Breschand, dessine à mains nues des extraits des textes du Livre des Poisons d’Antonio Gamoneda.

Création à la Fondation Cartier pour l’Art Contemporain (75)

Récit troublant et fascinant que celui de Gamoneda, où le son des mots reste dans la peau alors que le regard se perd au-delà des images en blanc et noir sur la lune blafarde d’un projecteur. Le parti pris est volontairement rudimentaire, et les outils, une lampe et un rétroprojecteur, en marge de la modernité, se mettent au service du texte pour créer une fusion d’images-instants, d’ombres chinoises et d’expériences indicibles. La singularité survient de cette approche primitive, elle même porteuse de l’histoire, sans avoir besoin d’autre artifice qu’une source de lumière, des mains nues de l’ombromane et de l’imagination, pour modeler des formes, créer une texture et des jaillissements visuels surgis d’un texte devenu soudain magma onirique ou infernal…

La performance se glisse dans ces interstices poétiques avec les présences de David Girondin Moab, d’Edith Scob et d’Héléne Breschand, qui transforment cette lecture du Livre des poisons en véritable hymne à la vie et à sa pharmacopée réelle et imaginaire, ourlée de plaisir et de douleur, hymne scandé en une danse d’ombres, de sons et de mots


No Comments

Cancel