OCTOPOULPE LE VILAIN (2011)


L'HISTOIRE
Comment Nathan Baldwin, un enfant doux et gentil, a-t-il pu devenir Octopoulpe le Vilain, la terreur des mers ? Ce spectacle retrace sa vie : De sa naissance dans un laboratoire de biologie médicale, aux railleries de ses camarades, en passant par la méchanceté de sa famille adoptive et par la découverte bouleversante de ses pouvoirs.Octopoulpe le Vilain est l’histoire de l’ascension tortueuse d’un supervilain sur fond d’aquariums géants, de plongée dans les abysses, et de bancs de requins qui furent autant ses camarades de jeux que ses mauvaises fréquentations.

Création au Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes de Charleville-Mézières (08)
 
Le super-héros est un des grands archétypes contemporains. Né avec les premières mégalopoles, il vient consoler l’individu sans repère et sans identité, perdu dans une foule anonyme. Souvent caricatural,aussi éclatant dans son costume que le logo d’une marque de soda, la simplicité du super-héros rassure.
 
La transparence de sa mission et sa pleine détermination retiennent pour un temps l’ambiguïté douloureuse du monde. Le super-vilain obéit à la même logique : tout en inquiétant, il rassure car il donne au mal un visage. Il offre dans un monde aux valeurs incertaines, une figure à craindre et à combattre. Dans un univers complexe, il s’offre comme cause unique du mal, et sa destruction laisse entrevoir l’espoir d’un salut.
 
L’ombre sous-tend une dimension manichéenne qui se prête au monde simplifié des super héros. Le méchant déploie une silhouette diabolique, la marâtre porte son égoïsme sur les contours de son ventre. Il y a une lisibilité savoureuse du bien et du mal qui est proche de celle qui réjouit le lecteur de bande dessinée.
 
Mais comment écrire pour un théâtre aussi visuel ? Il faut penser chaque mot en rapport avec un contexte et une image précise, il faut également prendre en compte le temps de manipulation et les exigences de la technique. Difficile de donner à un personnage d’ombre un très long monologue sans perdre le bel équilibre entre le regard et l’écoute.
 
Dans cette approche, le texte n’a pas un caractère sacré et définitif,il mute au fil de la création afin de parvenir à cette symbiose des différents arts. Au bout du labeur il y a le voeu de faire un spectacle où la séparation disciplinaire entre écritures sonore, visuelle et verbale se dissolve, dans l’évidence d’une écriture globale et organique.
 
L'EQUIPE
Texte:Laurent Bazin
Mise en Scène:David Girondin Moab
Assistant mise:en scène Manuel Congréta
Collaboration Artistique:Angélique Friant
Création: Vidéo: Yragaël Gervais
Création Sonore:Uriel Barthélémi
Création Lumière:Stéphane Bordonaro
 
Avec:
Julien Royer, Frédéric Jeannot, Maxime Le Gall
 
Coproduction Cie Pseudonymo et le Salmanazar, Scène de création et de diffusion d’Épernay.La compagnie Pseudonymo est conventionnée par la Direction régionale des affaires culturelles de Champagne-Ardenne, par le Conseil régional de Champagne-Ardenne/ORCCA et par la Ville de Reims. Elle est également soutenue par le Conseil général de la Marne. La compagnie est en résidence au Salmanazar, scène de Création et de Diffusion d’Épernay. Remerciements au Studio Césaré,
Centre national de création musical de Reims


No Comments

Cancel