NUITS (2007)


L’HISTOIRE
Faut-il craindre qu’un jour le temps d’autrefois vous rattrape, que du passé surgisse un personnage qui vous annonce votre mort ? Un vieux pêcheur se retrouve étrangement transporté dans un désert de sable. Il y découvre l’un de ces flacons de cuivre, dans lequel le roi Salomon, jadis, enferma pour le punir un djinn désobéissant. Et le vieil homme ouvre la fiole scellée de plomb et libère celui qui a juré la perte de son sauveur…Comment venir à bout d’une puissance démoniaque, sinon par la ruse ? Et comment reconquérir son destin, que l’on soit simple mortel ou démon ? Pour le démon qui est d’éternité, mourir est de ne plus revivre au présent,enfermé dans sa fiole comme dans une mémoire close.
 
Création au Théâtre Gérard Philippe, Centre Dramatique National de Saint-Denis
 
Nuits est un spectacle tout public qui utilise au centre du plateau un espace scénique compact et escamotable sous la forme d’une boîte noire composée de plusieurs espaces de jeu. Autour, comme à l’intérieur de cette boîte, différentes techniques de marionnette et de manipulation d’objets sont utilisées. De la marionnette portée à taille humaine, à la marionnette miniature, en passant par le masque et le comédien, ce spectacle utilise différents médias pour nous plonger dans un monde fantastique aux prises avec l’illusion.
 
Les personnages du conte, le djinn et le petit pêcheur sont travaillés à différentes échelles, passant du conte au temps présent. Ainsi on découvre le petit pêcheur tantôt pêchant dans sa barque,tantôt nageant au milieu de poissons squelettes. L’enfermement est une des thématiques fortes du spectacle.
 
Le djinn est enfermé dans son amphore, le pêcheur dans une vie de labeur et Shéhérazade dans son conte.
 
La relation entre Shéhérazade et le sultan est évoquée par le pouvoir de la conteuse sur les personnages du récit. Nous travaillons sur l’ambiguïté du personnage du sultan et du djinn. Shéhérazade par ses mots enferme le sultan comme le djinn dans une amphore. L’un comme l’autre sont enfermés dans le temps du récit et rêvent à leur libération.


No Comments

Cancel