La Part de l’Invisible

 

 


Création 2007 | Installation plastique

Au Cryptoportique de Reims, du 1er au 30 juin 2007, David Girondin Moab a mis en espace les univers artistiques explorés depuis la création de la compagnie.

Le Cryptoportique se révèle être un cadre idéal pour une mise en espace d’objets marionnettiques. Ses murs et ses recoins obscurs chargés d’un climat prégnant constituent déjà à eux seuls un espace scénographique.

Les alcôves du Cryptoportique, espaces privilégiés, reçoivent des micros projections vidéo, des extraits de moments forts de certains spectacles.

Ces moments, essentiels, révèlent la vie et la poésie que recèlent les objets exposés lorsqu’ils sont mis en jeu. Une bande sonore accompagne les différents univers présentés, entrecoupée de silence, de chuchotements, que suggère naturellement
le lieu. Certaines ondes musicales sourdent des murs ; d’autres sources, plus ténues, diffusent, localement un univers lié à un objet exposé.

L’installation entière est un dialogue avec le lieu et avec la thématique qu’il inspire ; la présence de l’invisible, ou d’un invisible. Plus simplement, chaque élément en place joue avec l’idée d’apparition et de disparition, de présence évanescente et révélée.

A l’entrée du lieu, une projection de marionnette à taille, en mouvement, se mêle à la muraille du lieu en une fugace apparition, présence derrière lequel on distingue la présence plus sourde encore du marionnettiste caché par et pour l’objet qu’il manipule.

C’est dans ce jeu de miroir de la vie donnée à l’objet que commence l’installation. La visite du lieu surprend par les présences d’objets figés en un geste vivant, prisonniers immobiles d’une vie latente lorsqu’à d’autres endroits du cryptoportique se dessine leurs apparitions translucides animées d’une vie irréelle, souvenir d’un instant de représentation passée.

Les photos de marionnettes, mannequins et masques immergées dans les bassins comme dans des bacs à révélateurs raconte l’histoire déjà ancienne de ce moment où la photo, l’image, apparaissait sur le papier et prenait vie. Ici l’eau, ferment matriciel, est en lien avec le lieu, souterrain, humide et magique où d’autres hommes, aux alentours du deuxième siècle ont vécu et marché.

Le climat sonore de l’espace évoque en écho cette présence aqueuse, ruisselante des murs. Lors, les bassins d’eau guident les pas du visiteur vers le fond du Cryptoportique où trône, sans âge, un personnage cerné de petites lueurs bleutées qui semble rêver à ce monde invisible.

Le climat sonore de l’espace évoque en écho cette présence aqueuse, ruisselante des murs. Lors, les bassins d’eau guident les pas du visiteur vers le fond du Cryptoportique où trône, sans âge, un personnage cerné de petites lueurs bleutées qui semble rêver à ce monde invisible.