ICI REPOSENT (2009) Expo


Création à la Caserne des Pompiers dans le cadre du Festival d’Avignon (84)
Dans cet espace de silence, boîtes et sarcophages recèlent des mémoires enfouies. Seules quelques pensées sourdent au détour d’un « confessionnal ». Morts depuis plus ou moins longtemps, ils continuent à se retourner dans leurs tombes.

Quand le marionnettiste n’est plus là, la marionnette ne perd pas entièrement son âme. L’objet repose, au milieu des autres boîtes, comme dans une matrice ou dans un cimetière. Ici reposent est une expérience sensible sur l’art du théâtre, l’art de la marionnette au théâtre et sur la charge de cette connivence.

De Craig à Kantor en passant par Artaud, Ici reposent imagine une micro-polémique qui réunit penseurs, philosophes, metteurs en scène dans un espace-temps recomposé. Un espace-temps dans lequel flottent à la dérive les tombeaux de ces demi-morts que sont les personnages de la scène.

Ici, l’installation plastique questionne la pensée théâtrale et la présence de la marionnette au confluent des disciplines artistiques. Elle est aussi à l’endroit de dialogue qui fédère et réconcilie tradition et modernité.

L’espace est composé de trois « confessionnaux », cylindres de tissus avec une ouverture masquée. Chaque espace « confessionnal » contient la pensée-reliquaire d’un homme de théâtre qui nous confie entre deux apnées de son éternel repos un aperçu théorique de sa vision de l’art théâtral.

Les visions se confondent, se confrontent et s’affrontent parfois, par confessionnaux interposés. Alentours, plusieurs boîtes-sarcophages occupent l’espace.

Elles sont recouvertes d’un voile noir qu’une source lumineuse rend transparent par endroit. La lumière laisse transparaître une présence, créature en gestation ou en décomposition.


No Comments

Cancel