Extrait de presse Immomushi


EXTRAIT DE PRESSE

« David Girondin Moab a su s’entourer d’une équipe homogène, d’acteurs marionnettistes mus d’un même intérêt pour la dimension plastique d’un spectacle de marionnettes. Pseudonymo confirme ici qu’il occupe une place très particulière dans le paysage de la création marionnettes. »
Cyrille Planson - La Scène, Hiver 08/09

« C’est dans un monde qui bascule que nous invite Pseudonymo, à travers une construction savamment orchestrées d’images qui s’impriment naturellement sur la rétine du spectateur, le laissant le souffle court et la tête pleine de questions. Un spectacle aussi dérangeant que fascinant, notamment par les prouesses techniques des quatre comédiens, deux dans la lumière ; deux dans l’ombre. »
L’union - novembre 08

« L’Atmosphère d’Edogawa Rampo est merveilleusement restituée : le Simenon Japonais ne dédaignait pas l’écriture fantastique.Et Angélique Friant est une remarquable Tokiko, que l’on voit lentement sombrer dans la folie meurtrière digne d’un animal féroce.A l’appui du jeu des comédiens, la bande-son d’Uriel Barthélémi et les lumières de Stéphane Bordonaro contribuent efficacement à susciter l’effroi. »
L’Est Éclair - juillet 09

« La réussite de « Imomushi » tient dans sa façon de tisser une sorte de labyrinthe de sensations renouvelables à l’infini. L’ensemble ressemble à un conte de fées halluciné dont le loup serait absent, où seule la solitude d’êtres sortis d’un cauchemar éveillé suffit à créer la matière de l’envoutement. »
Bertrand Tappolet - Genève Active - juillet 09
« Les spectateurs découvriront, fascinés, un univers à l’ambiance hallucinée et délirante, à la sensualité perverse, à la cruauté raffinée quasi clinique, qui fait du crime un objet esthétique […] Le spectacle immerge le spectateur dans une réalité fantasmatique à la logique implaccable et obsessionnelle, aux silences pesants de sous entendus violement inexprimés […] Imomushi est assurément une curiosité qu’il faut savoir découvrir. »
Webthéa - juillet 09

« La pièce est forte servie par une scénographie et une mise en scène éblouissantes où le son, la lumière, le jeu des acteurs et des marionnettistes s’allient pour former un spectacle d’une grande beauté et d’une intensité poignante. […] David Girondin Moab décrit l’horreur de la guerre et son absurdité. Il explore aussi le fond de l’âme humaine, traquant, sous l’abnégation du personnage féminin, les tentations du désir charnel, les impatiences, le désespoir, l’amour qui se mue en haine, le long cheminement vers la cruauté et le meurtre. […] La mise en scène est d’une extrême retenue, d’une grande sobriété, tout est dans l’intériorisation, l’économie de gestes et de paroles. Un très beau spectacle qui laisse le spectateur sous le choc. »
Aurélia Frey - Lemonde.fr - 25 juillet 09

« La mise en scène de David Girondin Moab a réussi la gageure d’immerger le spectateur dans l’univers fantasmagorique d’Edogawa , à la fois onirique, poétique et angoissant. Musique, respirations oppressantes, images cauchemardesques, envoûtement des déplacements répétés ou ralentis, éclairage qui brouille le visage fou de la femme : Voici quelques exemples des moyens mis en oeuvre. Et le plus beau est sans conteste, ce sur quoi repose tout l’ensemble. L’alliance du vivant et de la marionnette. Mais s’il n’y avait la distanciation de la conscience, je jugerais n’avoir vu que du charnel. »
Fatima Miloudi - Les Trois Coups - 11 juillet 09

« David Girondin Moab, les comédiens Geoffroy Barbier et Angélique Friant, les marionnettistes Gabriel Hermand-Priquet et Virginie Schell, donnent naissance à un théâtre de l’ailleurs : un théâtre de l’opacité, de l’incertitude, un théâtre de rêveries intranquiles et de saisissements fantasmagoriques. […] Un huis clos obsessionnel à travers lequel le directeur artistique de la compagnie Pseudonymo continue d’envisager le plateau de théâtre comme un endroit de jaillissements poétiques, un endroit de questionnements sur la nature du vivant et les soubassements de la vie. »
Manuel Piolat Soleymat - La Terrasse - juillet 09


No Comments

Cancel